Présentation

Sancerre et ses hameaux, Chavignol, Amigny et le Petit Morice...
PrintempsEtéAutomneHiver

Au centre d’un vignoble réputé et en bordure de Loire, l’ancienne citadelle de Sancerre couvre l’une des collines de la rive berrichonne du fleuve.
L’aménagement d’un site défensif et habité n’est avéré que depuis le Xe siècle, avec la construction d’un château fort. La châtellenie s’affirma avec la création du comté de Sancerre par Etienne 1er (vers 1132-1191), fils puîné du comte de Champagne.
Le rôle stratégique de la forteresse fut primordial pendant la Guerre de Cent Ans, en particulier lorsqu’au XVe siècle la Loire était frontière entre le « royaume de Bourges » du dauphin Charles et la Bourgogne dont le duc était l’allié des Anglais.
La paix revenue, Sancerre connut un temps de prospérité où l’on construisit la halle, le beffroi et de belles demeures à tourelles.
Au XVe siècle, une partie des habitants adopta la Réforme et s’opposa aux armées royales et catholiques. Un long siège de huit mois en 1573 affama la population et vint à bout de la dissidence sancerroise. Les dernières velléités de résistance furent annihilées par la destruction des fortifications en 1621. De l’ancienne place forte, il ne reste plus qu’un donjon mutilé, la Tour des Fiefs.
Depuis la fin du XIXe siècle, la ville peine à renouveler ses fonctions commerciales et administratives. Sancerre perdit sa sous-préfecture en 1926. Mais la replantation d’un vignoble de qualité après la crise du phylloxéra, la promotion d’un fromage de chèvre, le crottin de Chavignol, et la protection des sites de la cité ancienne ont permis d’assurer le relais. La vitalité de Sancerre, des villages d’Amigny et de Chavignol repose désormais sur l’activité vinicole, la gastronomie et le tourisme.

© Ville de Sancerre - Tous droits réservés 2009 - Crédits - Mentions légales - Contact
Route Jacques Coeur